Balayer tous les aspects de l'enseignement

Avec l'aide du personnel de l'Université, j'ai élaboré un questionnaire portant sur l'organisation des enseignements (pré-requis et objectifs des cours annoncés, niveau des connaissances, respect des plannings ...), les connaissances enseignées (aide à préparation du concours) , le contrôle des connaissances (modalités d'évaluation), les méthodes pédagogiques (interactivité, exigences de travail...) et le profil de l'étudiant (est-il doublant, a-t-il assisté aux cours ...). Pour ces différents items, les réponses des étudiants sont apportées sous la forme de cases à cochées (complètement d'accord à absolument pas d'accord). Au total, il y a 24 questions. Enfin, des cadres d'expression libres sont proposés sur les points des cours à améliorer et ceux à ne pas changer.

Ces questionnaires sont anonymes, préparés et analysés par l'Université. Une fois l'analyse statistique réalisé, les résultats me sont transmis et je peux, si je le souhaite, rendre cette analyse consultable par les responsables des enseignements de la faculté de pharmacie.

Au début du dernier cours, j'ai distribué, ces questionnaires aux étudiants en leur en ré-expliquant le principe (ces étudiants suivent mes cours depuis 3 ans et ont donc déjà effectué 2 évaluations de ce type). Je leur laissé le temps de remplir le formulaire avant de commencer le cours et c'est à la fin du cours que je leur ai demandé de me le rendre.

Bilan globalement positif

Ce jour-là, 41 étudiants étaient présents sur 46 qui ont suivi les cours plus ou moins régulièrement et 75 inscrits. J'attends les résultats chiffrés de cette évaluation mais d'ores et déjà, en regardant les formulaires avant de les envoyer à l'administration de l'Université, j'ai pu remarqué que :

  • les enseignements ont répondu aux objectifs des étudiants (> 70% sont complètement d'accord et plutôt d'accord),

  • les enseignements les ont intéressés et leur ont permis de progresser (> 70% sont complètement d'accord et plutôt d'accord).

  • Les étudiants sont ravis que je corrige et commente leurs travaux personnels chaque semaine. Cela me demande beaucoup de travail et chaque année j'envisage d'arrêter mais je ne peux pas abandonner cette façon de faire qu'ils plébiscitent.

En regardant les items qui ont recueillis moins de 70% de réponses favorables, je constate que les étudiants ne se sentent pas autonomes dans leurs apprentissages et qu'ils ne se sentent pas capables de travailler seuls. Pourtant, pour ces enseignements, ils ont dû, chaque semaine, préparer et rédiger un travail chez eux que je ramassais pour le corriger et l'évaluer. Peut-être que derrière ces réponses, c'est leur manque de confiance en eux en vue du concours qu'ils préparent qu'ils laissent percer.Post-IT2013

Comment gagner en autonomie ?

Dans le même ordre d'idée, ce questionnaire me confirme que très peu d'étudiants utilisent les documents disponibles sur le campus virtuel : des rappels des cours, des épreuves de QCMS leurs sont proposés et ne sont consultés que par environ 20% des étudiants. Peut-être qu'une des pistes pour aider les étudiants à améliorer leur autonomie seraient de les habituer à utiliser l'enseignement à distance. Il faudrait que cet enseignement soit disponible dès le début de leur cursus universitaire. J'essaye, avec quelques collègues de développer ce type d'approche mais je ne rencontre pas une adhésion franche des étudiants. Ce peu d'enthousiasme de leur part ne m'encourage pas à persévérer et je manque probablement de conseils pour m'améliorer.

Voilà un des objectifs que je souhaite développer dans les prochaines années : l'accompagnement des étudiants au cours de cursus d'enseignement à distance.