Avant notre rendez-vous, j'avais transmis à M. Sablonnière un document d'une quinzaine de pages reprenant mon CV détaillé, les travaux de recherche réalisés au cours de ma thèse, de mon stage post-doctoral et comme maître de conférence. Enfin, en quelques pages, je traçai les grandes lignes de mon projet de recherche. Le directeur de l'école doctorale m'a expliqué les critères de l'école doctorale pour retenir une candidature à l'HDR. Premièrement,le-a candidat-e doit avoir encadré des étudiants en Master 2. S'il a aussi encadré des étudiants en stage d'IUT, de BTS, c'est un bon point. De ce côté, je remplis les conditions sans problème puisque j'aime bien travailler avec des étudiants : j'ai encadré des étudiants d'à peu près toutes les filières concernées par la virologie médicale.

Par la fenêtre,

L'autre critère concerne les publications. A compter de la date de la soutenance de thèse de doctorat, le-a candidat-e doit avoir publié au moins 6 articles avec son nom en position de premier, deuxième, avant-dernier ou dernier auteur. Et pourquoi donc? En biologie, l'habitude veut que la personne qui a réalisé le travail et/ou qui a écrit l'article soit le premier auteur. Le second auteur est soit la personne qui a encadré techniquement le premier auteur, soit la personne qui qui a réalisé le travail sans écrire l'article. Les avant-dernier et dernier auteur sont les personnes qui dirigent l'équipe de recherche. Cette "nomenclature" est spécifique à la biologie. Dans les autres disciplines, les auteurs peuvent être mentionnés par ordre alphabétique par exemple. En regardant la position du nom du-de la candidat-e à l'HDR dans la liste des auteurs d'un article, le responsable de l'école doctorale s'assure qu'il-elle a bien participé activement aux travaux publiés. Condition supplémentaire pour les candidats bi-appartenants, hospitalo-universitaires : les 6 publications doivent porter sur les sujets de recherche de l'équipe qui accueille le-a candidat-e. En effet, au cours de notre pratique médicale, nous pouvons publier des travaux cliniques sans rapport avec la thématique de l'équipe de recherche à laquelle nous appartenons. Ces articles reflètent l'activité du-de la candidat-e mais ne sont pas retenus pour l'inscription en HDR. Et là encore, je remplis les conditions.

Au bout d'un quart d'heure, je suis donc ressortie de cet entretien avec l'autorisation de préparer mon HDR. En janvier, je serai convoquée à une audition : je devrai présenter à des "experts" (je ne sais pas lesquels ni comment ils sont mandatés) mes travaux de recherche et l'ébauche de mon projet. En fonction de leurs avis, je pourrai régler mon inscription administrative : j'aurai de nouveau une carte d'étudiant! D'après B. Sablonnière, il ne devrait pas y avoir d'opposition à ma candidature. 

Je n'étais pas très sûre de moi avant cet entretien : je craignais que mon épreuve de publications ne soit pas assez convaincante. Quand je suis sortie de cet entretien, j'étais soulagée, souriante et assez fière de moi. Vous allez me dire, maintenant, y a plus qu'à écrire! Je m'y mets dès demain.