Cette semaine, je suis donc allée à cette formation qui était organisée sur une journée. L'objectif était de savoir prendre en charge des personnes exposées à un risque NRBC accidentel ou intentionnel afin de les décontaminer avant qu'elles soient éventuellement soignées au CHRU de Lille.
La matinée a été consacrée à la présentation des différents risques nucléaires, radiologiques, biologiques ou chimiques et à la façon de décontaminer les personnes exposes. Après déjeuner, direction l'unité de décontamination médicale du CHRU de Lille. C'est l'endroit dans lequel les personnes et patients exposés à un des risques NRBC seraient décontaminés avant d'être pris en charge pour des soins.

Un hangar peint en blanc. Des tenues complètes qu'il va falloir apprendre à enfiler...L'objectif est d'apprendre à se protéger correctement : en temps que médecins, nous pouvons être appelés à prendre en charge la décontamination de personnes et nous ne devons pas être contaminés.

Tenue en attente Masques Palmes? Raquettes? Surbottes!
On s'habille en binômes de la même taille et au même rythme : chacun doit s'assurer que son collègue se protège bien. On est donc responsable de son collègue! Enfiler les combinaisons, les surbottes, les sous-gants et les gants : rien de bien terrible! On se retrouve en tenue dite "d'attente" : on ne met pas le masque à gaz et la capuche de la combinaison puisque les personnes exposées ne sont pas encore arrivées.
Presqu'habillée!
Puis, il faut compléter sa tenue : masque et capuche. Il faut être étanche! Le plus impressionnant, c'est de mettre le masque et d'ajouter la capsule qui filtre l'air. A ce moment-là, on réalise que ça va pas être une mince affaire de travailler dans cette tenue. Certains vont tourner de l'oeil : claustrophobie! A la fin, donc, ça donne cette allure... Et encore, j'ai enlevé un gant et ma collègue qui prend la photo n'a pas encore mis la capsule du masque. On peut encore rigoler!

Salut!

Une fois que nous sommes tous habillés, nous partons pour la description de la prise en charge de personnes contaminées. Un côté pour les personnes valides avec des itinéraires fléchés, des sens de circulations, des douches, des habits de rechange. Et des instructions sur les murs. A mon avis, ça manque de dessins et de pictogrammes.
 
C'est qui le personnel?
Un côté est équipé pour la prise en charge de personnes sur brancards. Les brancards sont sur des rails, on apprend à découper les vêtements du patient (un mannequin) sans que sa peau soit en contact avec les vêtements contaminés. On lui fait prendre la douche. Les médecins réanimateurs font des essais d'intubation ou de pose d'une voie veineuse avec les affreux gants noirs qui sont très épais! Au bout de 45 minutes dans cette tenue, le signal du déshabillage est donné. Ca va nous prendre un moment : on doit découper nos tenues et faire attention que nos vêtements propres n'entrent pas en contact avec la combinaison potentiellement sale!


Formation deshabillage

Voilà, c'est fini. On ressort avec une affreuse odeur de caoutchouc dans le nez et sur les mains. Mais on était bien content de savoir quoi faire si un jour le besoin s'en fait sentir. Bien sûr, on n'a aucune envie que ça arrive. Mais maintenant, je suis habilitée à la prise en charge de personnes exposées aux risques NRBC. C'est sérieux!

?
Vraiment très sérieux?