Les cerveaux masculins et féminins sont différents. Comme vous le savez tous les hommes et les femmes diffèrent génétiquement par leurs chromosomes XX pour les femmes et XY pour les hommes. Or le chromosome X est porteur d'un nombre très élevé de gènes liés à la construction du cerveau. Les filles bénéficient donc des gènes des chromosomes X de leur père et de leur mère alors que les garçons n'ont que celui qui leur vient de leur mère... Ce qui peut expliquer un certain nombre de comportements ;).

Si on s'intéresse maintenant à la structure du cerveau, on constate des différences selon le sexe : les tailles de certaines régions, la rapidité de production de certains neuro-transmetteurs, etc. Ces différences sont-elles significatives ? On ne le sait pas.

Regardons maintenant les comportements typiques des hommes et des femmes. Attention, ces différences sont statistiques en ne concernent donc pas des individus particuliers. Une des premières différences sont les maladies mentales qui touchent très différemment les hommes et les femmes. Une autre est la réponse à un stress émotionnel. Les femmes ont tendance à mémoriser les détails de la situation alors que les hommes mémoriseraient plutôt une vue d'ensemble. Les filles ont de bien meilleures capacités verbales que les garçons. Elles ont en général des relations entre elles basées sur la parole alors que les garçons aiment faire des choses ensemble, la plupart du temps en compétition. Où un garçon dominant dirait « fais ça » une fille dominante dirait plutôt « faisons ça ». Ces tendances statistiques se forment très tôt et sont indépendantes de l'âge, de l'époque, de la géographie. Cependant les liens entre les différences biologiques et les différences comportementales sont encore grandement inconnus...

Qu'en déduire pour la vie de tous les jours ? L'auteur fait quelques propositions :

  • Il faut savoir que les émotions sont utiles, elles réveillent le cerveau, et qu'elles sont perçues différemment par les hommes et les femmes. Ces différences sont le produit d'interactions complexes entre l'inné et l'acquis.
  • Faire des équipes mixtes ou les différences sont positivées plutôt que vues de façon négatives.
  • Bien que les différences de facilité verbale soient indéniables en faveur des filles, les différences en maths et en sciences n'ont aucune base biologique connue, elles seraient uniquement culturelles. Il pourrait même être intéressant de séparer les filles des garçons pour ces enseignements pour qu'elles aient l'occasion de répondre aux questions avant qu'un garçon ne le fasse (plus enclin à tenter sa chance par esprit de compétition).